jeudi 25 août 2016

Sourd d’être muet


Sourd d’être muet
De parader sans invention
Sans intention
Je ne peux que voir
L’abondance de ne plus savoir
D’être entre deux malaises
Dans une descente décevante
Reprendre connaissance
De l’hiver et de l’automne
De l’histoire de mon adolescence
Je déterre l’oiseau de foie
L’oiseau des bois
L’oiseau qui voit
Et me redonne à croire
Je reprends mes droits
Pas celle de la Terre
Mais mon audace à réapprendre
Pour me délivrer avec le printemps
Quand l’été arrivera

Réjean Desrosiers © 2016 08 25 005

Mésanges
140x140
Assemblage et dessin sur sac papier
2016


Mésanges